François fonde La Route des Comptoirs en 1997

Pourquoi La Route des Comptoirs ?

Le goût

Thés d’origine : le plaisir du goût

Le thé et le vin offrent d’étonnantes similitudes. Bien sûr dans les deux cas, il s’agit d’un petit arbuste qui est taillé à hauteur d’homme ou plutôt de femme car en Asie ce sont les femmes qui cueillent les feuilles de thé.

Dans les deux cas, l’homme l’a planté en rangées, à l’infini sur des collines.

Dans les deux cas, le traitement induit une technologie avancée mais selon le pays, la qualité du sol, l’altitude ou la température, le goût offrira des différences spectaculaires. Pour les amateurs de thés natures, l’authenticité d’une origine est avant tout recherchée. Les thés de Chine de la province du Yunnan n’auront jamais le même goût qu’un Darjeeling cultivé sur les contreforts de l’Himalaya au même titre qu’un Saint-Émilion n’a rien à voir avec un Gewurztraminer d’Alsace ! Chaque pays, chaque province dans un pays, chaque terroir dans une province offre un thé aux saveurs si particulières. Déguster un thé d’origine est aussi une façon de voyager et de retrouver les odeurs si caractéristiques du lieu d’origine.

Depuis 20 ans ma volonté est de rechercher, de sélectionner et de proposer une carte du thé des principaux pays producteurs. Bien sûr des origines incontournables mais également des sélections plus surprenantes et originales.

Dès le départ j’ai été persuadé que pour être reconnu comme un opérateur sérieux il fallait déjà commencer par proposer une gamme de thés d’origine de bonne qualité. J’ai ainsi commencé par importer des thés en provenance d’Inde.

Assemblages :  flatter la gourmandise

Si j’ai choisi le thé c’est aussi pour sa merveilleuse capacité à s’associer avec d’autres ingrédients. Je savais qu’avec le thé, j’allais pouvoir créer, inventer, mélanger et faire infuser toutes mes envies ! Je dois avouer que dans bien des cas je n’ai rien inventé mais tout simplement reproduit des recettes déjà élaborées aux 4 coins du monde depuis des millénaires. En effet, chaque peuple a su adapter le thé à ses coutumes, à sa cuisine, à ses mœurs, l’ensemble de sa culture. Voilà donc un des secrets majeur qui fait du thé une boisson planétaire. Pour les Indiens le thé s’infuse avec des épices, au Tibet avec du beurre de yack. Les Afghans préfèrent avec de la cardamome. Dans tout le monde arabe le thé est bouilli avec de la menthe. En Turquie avec de la pomme, en Russie avec des agrumes dans un samovar. En Chine, berceau du thé, les méthodes sont aussi riches que variées. Quant aux Anglais, qui ont contribué à la propagation du thé sur la moitié de la planète, ils ont décidé de l’agrémenter avec du lait.

Quant aux Français, la culture du thé étant très faible voire quasi inexistante, la tendance est à la curiosité en allant reproduire les habitudes des uns ou des autres. Ces dernières années j’ai constaté que si les Français étaient ouverts à boire du thé, ils se lassent vite du thé au lait à l’anglaise ou du thé à la menthe sauf après un bon couscous.

Y aurait-il une voie du thé propre aux Français ? Fin de pouvoir répondre à cette question j’ai décidé d’aller à la rencontre des consommateurs et de vendre mes thés dans les foires et salon aux 4 coins de France. Jour après jour, salon après salon, ville après ville, année après année, j’ai pu me faire une idée un peu plus juste de ce qu’attendaient les consommateurs. J’ai ainsi préparé, selon mes envies et humeurs, des mélanges avec des arômes et huiles essentielles, avec des épices, avec des fleurs et des plantes, avec des algues. J’ai écouté d’une oreille attentive les remarques, les réactions, les demandes d’amélioration mais aussi les suggestions : « Pourquoi ne rajouteriez-vous pas du fenouil, ça fait digérer ». Ce dialogue a été très enrichissant et encore aujourd’hui il est important d’avoir un retour du consommateur.

J’ai aussi voulu comprendre pourquoi il achetait du thé. Comment le préparait-t-il ? Pour quelle occasion le dégustait-il ? Petit à petit, j’ai ainsi intériorisé ce qui plaisait et ce qu’il ne fallait pas faire. J’ai acquis la conviction qu’il pouvait y avoir un goût français du thé !

Si la cuisine française est réputée pour être l’une des meilleures cuisines au monde c’est dû notamment au palais exigeant des Français. Si les Français aiment les bonnes tables, les mets raffinés, les vins fins, ce n’est pas par hasard : ils sont vraiment gourmands !

Par ailleurs, j’ai remarqué au travers de salons spécialisés en épicerie fine que les Français ont une longueur d’avance dans le domaine de la création gourmande. Terre d’innovations culinaires, les Français acceptent d’un œil réjoui les assemblages de thés originaux.

Mais pour séduire, fidéliser les consommateurs et conquérir les esprits, il ne suffit pas de sortir un mélange inédit. Il faut surtout et avant tout que le mélange soit bon à déguster. Dans cet esprit, j’ai toujours mis en priorité la qualité gustative d’un mélange. Jamais un mélange n’a été lancé sur le marché tant qu’il n’a pas obtenu une totale satisfaction de saveur à mes yeux. Il faut savoir que certains mélanges ont été testés pendant des mois avant que je décide qu’ils soient commercialisés. Ma devise depuis 20 ans est « le goût avant tout » ! On peut influencer sur le moment le consommateur par une bonne publicité mais, avec le temps, ce qui fait le succès d’un thé et tout simplement qu’il est bon à boire, agréable à déguster.

Le succès de notre entreprise consiste à multiplier les recettes de thé qui plaisent. L’une des missions de La Route Des Comptoirs est de faire découvrir au plus grand nombre les multiples saveurs du thé, qu’il soit aromatisé ou nature. L’objectif recherché inlassablement depuis des années est avant tout que le consommateur se fasse plaisir. Depuis 20 ans, je suis un chercheur du goût. Un chercheur sur le terrain des producteur de thé d’origine et en même temps un chercheur d’assemblage de matières premières pour construire un mélange de saveurs.

François-Cambell-La-Route-des-comptoirs-Alimentaire-Commerce-Nantes

Qui est François Cambell ?

François Cambell découvre très tôt les saveurs du thé. Sa curiosité naturelle le pousse déjà vers des saveurs nouvelles et des produits étonnants. C’est le début de l’aventure d’une vie, la découverte d’histoires, d’arômes, d’éthique, de qualité… de thé.

François fonde La Route des Comptoirs en 1997, après un voyage en Inde, avec la conviction qu’il peut allier sa passion du thé et sa conviction pour le bio. Il part aux quatre coins du monde pour trouver et sélectionner les meilleurs jardins issus de l’agriculture biologique et équitable.

Défenseur de la qualité, le fondateur crée de nouvelles recettes bio régulièrement pour vous proposer des thés qui répondent à vos envies et vous apporter un thé pour chaque moment.

lrdc-zone-ecommerce