Pourquoi fabriquer en France ?

Pourquoi fabriquer en France ?

La « French touch » locale : c’est nous !

Pourquoi fabriquer en France ? Cette question ne s’est jamais vraiment posée pour moi, dès lors que c’est une évidence à mes yeux de fabriquer par nous-même. Comme le dit le dicton, « On n’est jamais mieux servi que par soi-même », mais il y a d’autres raisons plus profondes. Nous avons aujourd’hui 3 grands métiers, certes complémentaires mais bien distincts : 

  • La recherche en sourcing des thés & matières premières dans les pays producteurs,
  • La conception des assemblages, 
  • La fabrication & le conditionnement de nos mélanges.

Notre propre sourcing                                                                                                                                                                   

Nous effectuons nous-même la sélection des thés car je préfère parcourir des milliers de kilomètres en voiture, train, bateau ou avion pour choisir et vérifier par moi-même la qualité des productions. Nous effectuons nous-même l’importation des produits, puis leur stockage dans nos entrepôts.  Comment envisager l’idée de confier les autres étapes du processus qui requièrent des compétences techniques spécifiques à d’autres personnes ? Vous en conviendrez, l’enjeu est de taille.

Nos assemblages maison

Pour moi, cela a toujours été un plaisir d’effectuer des recettes de thé. Passer des jours entiers, voire des semaines à mettre au point un assemblage, est pour moi un moment fort. C’est l’occasion d’exprimer ma créativité. J’adore passer des heures à affiner une recette, prendre le temps de tester chaque ingrédient, déterminer le bon dosage, trouver le bon équilibre. Gouter et re-gouter. On compare… Et on choisit ! C’est très épanouissant et ce serait dommage de confier cette mission à d’autres qui ne le feront pas forcément mieux. Les moments de créations et d’assemblages sont importants, même primordiaux pour moi. C’est particulièrement à cette étape du processus de fabrication que je prends du plaisir dans mon travail, il m’est donc inconcevable de ne pas y participer.

Notre fabrication Nantaise

Le choix de fabriquer et de conditionner dans nos propres ateliers a toujours été une évidence. Grand consommateur depuis mon adolescence, j’ai toujours aimé le thé. Vivre, vibrer et aimer la matière :  c’est prendre du plaisir à faire glisser les feuilles de thé dans les mains, c’est lorsque vos narines hument les senteurs intrinsèques d’un Sencha japonais ou d’un Darjeeling. Quel délice olfactif ! Quel bonheur ! 

Ainsi, lorsqu’on connaît bien le thé, sa texture et sa densité, on sait quelles sont les contraintes et les conditions pour le manipuler. Il faut savoir en prendre soin pour ne pas abîmer les feuilles de thé et ne pas les casser. La délicatesse, qu’il est nécessaire d’avoir en manipulant du thé, fait que je ne peux pas envisager de confier cette tâche à un sous-traitant. Ma connaissance technique du thé acquise année après année sur le terrain, dans les usines de traitement des pays producteurs m’interdit de faire n’importe quoi !

Fabriquer en France est un engagement fort. Il est important pour moi de faire travailler des personnes vivant dans ma région. En plus des 50 permanents qui composent l’équipe, s’ajoutent de nombreux prestataires extérieurs qui comptent aussi sur nous ainsi que des centres d’aide au travail pour handicapés ou de réinsertion sociale (ESAT) : eux aussi ont droit au travail ! Dès la création de La Route des Comptoirs, j’ai décidé de privilégier cette forme d’entraide sociale de proximité qui apporte de la dignité à tous les intervenants.

Fabriquer en France : La garantie d’un meilleur produit

On me demande régulièrement pourquoi nous ne confions pas notre conditionnement dans les pays producteurs comme peuvent le faire certains de nos concurrents au Sri Lanka par exemple. Ils sont, bien entendu, tout à fait compétents puisqu’ils faisaient ce métier bien avant nous. Après 25 ans de baroudages intensifs aux 4 coins de la « planète thé », je connais bien la plupart des usines au Sri Lanka, en Inde, en Chine, au Laos ou en Afrique du Sud. À toutes mes visites, les producteurs m’ont renouvelé leur proposition de conditionner à notre place. C’est bien tentant, d’autant plus que tout le monde sait que le coût de la main d’œuvre est beaucoup moins cher, ce qui ferait des économies sur notre coût de revient. La réponse a toujours été NON ! 

J’ai toujours voulu réaliser moi-même la fabrication de mes thés pour une raison principale : je connais, au pourcentage près, ce qu’il y a dans chaque produit. Et pour cause, c’est moi, avec mon équipe qui avons inventé les recettes et qui sélectionnons tous les thés, épices, plantes, fleurs, fruits, huiles essentielles et autres matières premières. Imaginez, je souhaite sous-traiter la fabrication d’un mélange comprenant du rooïbos dans une usine basée en Chine, que va-t-il se passer ? Le sous-traitant chinois va me dire que c’est lui et lui seul qui sélectionne les ingrédients et qu’il ne peut pas s’approvisionner en rooïbos puisqu’il ne pousse pas dans son pays. Je serai obligé de me restreindre et de me priver de rooïbos ? NON, un tel scénario n’est pas concevable pour moi ! Il est fondamental d’être capable d’effectuer un melting pot avec des matières premières de différentes origines et de qualité garantie.  

La différence entre les produits de La Route des Comptoirs et ceux d’autres marques est qu’ils sont garantis 100% made in France : N’est-ce pas cette cohérence que recherche aujourd’hui le consommateur ?

Depuis 1997, mon engagement est de promouvoir du bon thé (de qualité) mais aussi du thé propre (biologique) et du thé « honnête » (équitable) sans logique de profit classique. L’objectif n’est pas de faire du BIO d’entrée de gamme. Grâce à notre travail et partenariat avec des producteurs, depuis des années, nous sommes en mesure de sélectionner des thés de qualité supérieure à un prix compétitif. 

Mais tout le monde a compris que BIO et qualité ne vont pas forcément de pair partout… J’ai toujours privilégié la qualité qui va au-delà du cahier des charges du BIO. Nous avons des produits qui répondent à un besoin, qui ont du sens, des valeurs et sont pérennes. Bien sûr, le consommateur est attentif à son pouvoir d’achat mais le « pouvoir de vivre » doit aussi être en cohérence avec ses valeurs. Cela devient prioritaire pour chacun. Notre travail de fond auprès des coopératives de producteurs implique d’acheter à un juste prix et non au prix le plus bas. Il ne s’agit pas d’être plus vertueux que les autres mais de construire les fondements d’un monde meilleur. Ce monde meilleur prend tout son sens lorsque notre PME, pionnière en BIO, contribue à faire vivre un territoire et soutenir les acteurs locaux. La cohérence et la force de notre démarche est de fabriquer et de conditionner sur place. 

Pour le thé, la « French Touch » c’est tout simplement le mariage réussi de la qualité et de la maîtrise de l’outil de fabrication. Je souhaite une longue vie au BIO & local !

François-Cambell-La-Route-des-comptoirs-Alimentaire-Commerce-Nantes

Qui est François Cambell ?

François Cambell découvre très tôt les saveurs du thé. Sa curiosité naturelle le pousse déjà vers des saveurs nouvelles et des produits étonnants. C’est le début de l’aventure d’une vie, la découverte d’histoires, d’arômes, d’éthique, de qualité… de thé.

François fonde La Route des Comptoirs en 1997, après un voyage en Inde, avec la conviction qu’il peut allier sa passion du thé et sa conviction pour le bio. Il part aux quatre coins du monde pour trouver et sélectionner les meilleurs jardins issus de l’agriculture biologique et équitable.

Défenseur de la qualité, le fondateur crée de nouvelles recettes bio régulièrement pour vous proposer des thés qui répondent à vos envies et vous apporter un thé pour chaque moment.

lrdc-zone-ecommerce